Préambule

 

 Mes recherches artistiques se fondent à l'origine sur l'énigmatique densité d'un pigment bleu. Durant plusieurs années, je me suis astreint à le décliner en carré, entre matière et lumière.

J'ai fait de cette forme une scripturalité, une tête, une équation, dont la géométrie s'est imposée comme le seul dessin possible.

 

Dans une première phase (Œuvres I / outre physique), je me suis concentré sur une exploration des propriétés chimiques du pigment, entre surface et profondeur, entre microscopie et macroscopie, enfermé dans le vertige d'une vision.

 

Dans un second temps, marqué notamment  par l’œuvre  d'Albers et de Merleau-Ponty, j'ai approché la lumière pigmentaire d'une manière plus formaliste et plus philosophique, ouvrant mon schéma à des recherches sur la perception, entre art et science...(Œuvres II / Signe Lumière)

 

Inspiré de prime abord par les formes pures et les jeux d'iridescence, je nourris aussi dans la confidentialité de son atelier, un intérêt pour un « naturalisme » très éloigné de l'art concret.

 

Une donnée essentielle, à l'origine de mes travaux récents, est décrite dans un vieux manuel d''ornithomancie. Cette légende est peut-être la part de lyrisme retrouvé dont je me suis toujours défendu. Pendant des années, j'ai peint des centaines de carrés sans comprendre véritablement pourquoi. Peut-être y avait-il une suite à construire.

« Etre attentif à certains signes, comme l'était l'Auspex (devin grec) pointant son bâton vers le ciel, y traçant un carré, et attendant que les oiseaux viennent voler à l'intérieur de ce périmètre virtuel pour interpréter leurs trajectoires et comprendre les mystères du monde»

Autour du carré que l'on peut vraisemblablement interpréter comme un ciel dans mon travail, prolifère désormais une syntaxe cosmogonique. J'ai l'impression de me fabriquer « un monde ». Dans mon esprit, il se hiérarchise comme un cabinet de curiosités constitué de petits objets aux formes primaires et initiatiques, de boîtes optiques et de chambres noires. Par le dessin ou la gravure, je reproduis des coupes de cellules, des cristaux d'eau, des croissances fractales, des rythmes d'oscilloscope... Je réalise des installations avec des pyrites et d'autres pierres géométriques qui m'évoquent des territoires perdus, des constellations, des cartes cosmiques...(Œuvres III / Cosmogonie)

La géométrie dans mon travail est l'incidence d'une observation méthodique du réel.

Ce qui m'occupe aujourd'hui, c'est d'aller au-delà de l'impression picturale de la couleur pour me raccrocher à d'autres réalités observables : la part géométrique, visible ou invisible de la nature, les mystères de la science et une fascination pour les croyances lointaines et l'histoire de l'art.